Diabète de type 2 : quelles certitudes ? La diminution de la glycémie

0

UGDP : la grande oubliée

Un premier fait concernant le bénéfice potentiellement associé à la diminution de la glycémie chez le diabétique de type 2 est que le seul principal essai thérapeutique disponible avant la décennie 90 était l’étude UGDP, encore largement ignorée. Cet essai thérapeutique contrôlé avait montré dans les années 1960 que l’utilisation d’un sulfamide ou d’un biguanide, chez des diabétiques de type 2 et par rapport au placebo augmente la mortalité et, concernant le sulfamide, augmente la mortalité cardiovasculaire (fig.1).

En se basant sur des données d’observation et un modèle théorique, cette étude au résultat défavorable n’a pas empêché d’affirmer régulièrement, en parallèle et depuis, qu’il est bénéfique pour réduire le risque cardiovasculaire des diabétiques de type 2 de diminuer leur glycémie par des antidiabétiques oraux.

UKPDS: le grand alibi ?

Faute de bénéfice démontré, il était donc logique qu’une étude puisse être conduite entre?1977 et?1998 dans le diabète de type 2 avec un groupe contrôle ne recevant pas de traitement hypoglycémiant, l’étude UKPDS.

L’étude UKPDS qui a servi, et sert encore, de support au bien-fondé du traitement du diabète (voire à celui du concept récent et discutable de “mémoire glycémique”) est particulière, et ses modalités font que ses résultats ne peuvent pas être considérés comme fiables, mais seulement indicatifs[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.

Laisser un commentaire