Auteur Garot J.

Institut Cardiovasculaire Paris Sud Service d’Imagerie Cardiovasculaire par Résonance Magnétique et Scanner Hôpital Privé Jacques Cartier, MASSY.

L'Année cardiologique 2019
0

Une étude très importante est parue au cours de l’année écoulée, visant à évaluer deux stratégies de prise en charge pour guider la revascularisation chez le coronarien stable [1]. Les modalités de traitement du patient coronarien stable incluent la réduction des facteurs de risque, une thérapie médicamenteuse optimale guidée par les recommandations, et la revascularisation myocardique pour les patients qui présentent des symptômes persistants et/ou une ischémie documentée.

Éditorial
0

L’analyse de la morphologie et de la fonction des ventricules est un élément majeur du pronostic et figure dans le compte rendu de toute technique d’imagerie cardiaque. La fonction du ventricule gauche (VG) est un élément pronostique au cours de toutes les cardiomyopathies…

L’Année cardiologique 2015
0

Quelles nouveautés en IRM pour 2015 ?

1. Les cardiomyopathies à l’honneur l CMD non ischémique

La présence de trabéculations marquées est souvent observée chez les patients porteurs d’une cardiomyopathie dilatée non ischémique ; l’impact pronostique de ces aspects phénotypiques n’est pas connu. L’équipe de Louvain a étudié de manière prospective 162 patients consécutifs (102 hommes, âge moyen 55 ± 15 ans, FEVG 25 ± 8 %) ayant bénéficié d’une IRM cardiaque [1]. La quantité de trabéculations ou myocarde “non compacté” a été déterminée par le rapport non compacté/compacté (NC/C) en vue grand axe, et par le rapport de masses myocardiques non compactée/compactée en vue petit axe VG (fig. 1). Les données ont été comparées à des mesures similaires déterminées chez des sujets sains (âge 60 ± 10 ans).

L’Année cardiologique 2014
0

Quelles nouveautés en IRM ?
1. IRM de stress
Dans les recommandations récentes de l’ESC, l’utilisation des techniques d’imagerie couplées à une épreuve de stress est recommandée afin de déterminer le risque d’événements coronariens chez les patients ayant une probabilité intermédiaire de présenter une insuffisance coronaire [1]. L’indication d’une éventuelle revascularisation coronaire est basée sur l’établissement de ce niveau de risque par les techniques d’imagerie.

Imagerie
0

L’imagerie cardiaque par scanner est, sans nul doute, la modalité d’imagerie cardiovasculaire qui a connu l’essor technologique le plus rapide au cours des deux dernières décennies. En effet, en moins de 15 ans, cette technique est passée d’une modalité assez confidentielle, permettant de réaliser un score calcique, à une technique extrêmement rapide et performante autorisant une acquisition du volume cardiaque dans son intégralité, avec une grande rapidité et une très bonne résolution spatiale.

Imagerie
0

Quelles nouveautés en IRM en 2011 ?
1. IRM de perfusion au cours du stress versus scintigraphie
L’IRM de perfusion au cours du stress a été validée par comparaison avec les techniques scintigraphiques (TEP, SPECT) en prenant l’angiographie conventionnelle, et donc le pourcentage de sténose coronaire, comme méthode de référence. La validation de l’IRM s’est renforcée en démontrant sa valeur pronostique au cours de diverses situations cliniques. Plus récemment, l’IRM de perfusion au cours du stress a été validée par comparaison à la FFR [1].