Prise en charge de l’insuffisance mitrale

0

Chemin de décision par un consensus d’experts” (expert consensus, decision pathway)
de l’American College of Cardiology

Ce document a été publié à la fin de l’année 2017 [1]. Il vient en complément des recommandations de l’American College of Cardiology et de l’American Heart Association sur les valvulopathies de 2014 [2]
et de leur mise à jour de 2017 [3].

Les améliorations de l’imagerie multimodale, des techniques chirurgicales et de l’évolution et l’introduction des implantations et réparations valvulaires percutanées ont transformé l’approche des patients porteurs d’une valvulopathie. Les études de l’histoire naturelle à long terme ont permis d’aider la décision clinique sur le moment approprié d’une intervention sur une valve.

On a insisté récemment sur l’approche par une “équipe valve” pour les patients qui ont un rétrécissement aortique calcifié, en grande partie du fait des améliorations des techniques chirurgicales et percutanées. L’évaluation et la prise en charge des patients qui ont une insuffisance mitrale (IM), valvulopathie très fréquente, sont plus complexes, en partie du fait de ses causes variées, de sa nature dynamique et de sa progression insidieuse. L’IM dérive d’une altération fonctionnelle ou d’une modification anatomique d’un ou plusieurs des composants de l’appareil mitral nécessaires pour un fonctionnement normal de la valve, incluant le ventricule gauche (VG), les muscles papillaires, les cordages tendineux, les feuillets et l’anneau.

Assomptions

Les algorithmes d’évaluation et de prise en charge dans ce document viennent après que le diagnostic d’IM a été validé par une échocardiographie. L’IM primaire est définie par l’implication principale des feuillets et/ou des cordage tendineux dans le processus pathologique (par exemple, maladie myxomateuse, endocardite). Dans l’IM secondaire (fonctionnelle), la fuite est due à des modifications de la taille, de la forme ou de la fonction du VG, avec ou sans dilatation annulaire (par exemple, cardiomyopathie ischémique). L’IM mixte est due à des causes à la fois primaires et secondaires (par exemple prolapsus valvulaire mitral/valve en fléau avec cardiomyopathie ischémique).

L’IM primaire et l’IM secondaire sont des maladies différentes avec des évolutions différentes et des indications thérapeutiques différentes.

Illustration centrale

La figure 1[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Hôpital Louis Pradel, BRON.

Laisser un commentaire