Quoi de neuf dans la prévention cardiovasculaire ?

0

ODYSSEY OUTCOMES

Présenté au congrès de l’ACC en mars 2018, l’essai ODYSSEY OUTCOMES (Alirocumab in patients after acute coronary syndrome) n’est pas encore publié. Voici le résumé de la présentation que PG. Steg en a fait à Orlando.

Le risque résiduel après un syndrome coronaire aigu reste élevé malgré les traitements préventifs démontrés efficaces. Il est en partie lié au niveau de la cholestérolémie des LDL. Il est diminué lorsque la cholestérolémie des LDL est diminuée, par une statine, par une statine à forte dose par rapport à une statine à dose moindre, et par l’association ézétimibe-statine par rapport à une statine seule.

L’alirocumab est un anticorps monoclonal complètement humain contre la proprotéine convertase subtilisine/kexine de type 9 (PCSK9). L’hypothèse de l’étude était que l’alirocumab, par rapport au placebo, chez des patients ayant eu un syndrome coronaire aigu il y a plus d’un mois et moins d’un an, traités par statine à forte dose et dont le niveau de lipoprotéines athérogènes est élevé, réduit le risque d’événement cardiovasculaire majeur.

C’est un essai de supériorité, contrôlé versus placebo, multicentrique, en double aveugle.

Ont été inclus 18 924 patients :

>>> âgés d’au moins 40 ans.

>>> hospitalisés pour infarctus du myocarde ou angor instable il y a plus d’un mois et moins d’un an.

>>> qui ont pris une statine à forte dose :

  • de l’atorvastatine, 40 à 80 mg/jour ;
  • ou de la rosuvastatine, 20 à 40 mg/jour ;
  • ou la dose maximale tolérée d’une de ces deux statines, pendant 2 à 16 semaines.

>>> dont le contrôle lipidique était insuffisant :

  • cholestérolémie des LDL ≥ 0,70 g/L ;
  • ou cholestérolémie des non-HDL ≥ 1,0 g/L ;
  • ou taux d’apoprotéine B ≥ 0,80 g/L.

Le critère primaire de jugement était l’ensemble des décès coronaires, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux ischémiques et hospitalisations pour angor instable.

Les patients ont été randomisés pour recevoir toutes les 2 semaines une injection sous-cutanée de placebo ou d’alirocumab, 75 ou 150 mg, afin que la cholestérolémie des LDL soit entre 0,25 et 0,50 g/L, mais reste[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Hôpital Louis Pradel, BRON.

Laisser un commentaire