Faut-il opérer toutes les insuffisances mitrales sévères asymptomatiques par prolapsus ?

0

Ces 30 dernières années ont été marquées par une évolution des profils étiologiques des insuffisances mitrales (IM) organiques que l’on appelle maintenant IM primaires. Ainsi, le prolapsus valvulaire mitral (PVM) associé ou non à une rupture de cordage est devenu la première cause d’IM primaire sévère (fig. 1) dans les pays occidentaux. Parallèlement, l’avènement des nouvelles méthodes échographiques de quantification, la connaissance de l’histoire naturelle et surtout les progrès de la chirurgie reconstructrice ont progressivement modifié la prise en charge qui a évolué d’une attitude conservatrice vers des indications chirurgicales de plus en plus précoces chez des patients parfois asymptomatiques atteints d’une IM sévère [1].Il est désormais admis que l’apparition d’une symptomatologie fonctionnelle à type de dyspnée d’effort est un tournant évolutif majeur [2], marqué par un risque important d’insuffisance cardiaque et de surmortali[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service de Cardiologie, CHU AMIENS.

Service de Cardiologie, CHU d’AMIENS.

Service de Cardiologie, CHU d’AMIENS.

Service de Cardiologie, CHU d’AMIENS.

Service de Cardiologie, CHU d’AMIENS.

Service de Cardiologie, CHU d’AMIENS.

Laisser un commentaire