Quoi de neuf dans dans les dyslipidémies ?

0

Après septembre 2016 et les recommandations de la Société Européenne de Cardiologie sur la prévention cardiovasculaire d’une part, sur les dyslipidémies d’autre part, l’année 2017 a été riche dans le domaine des lipides.

De nouvelles recommandations pour les dyslipidémies

En février, la Haute Autorité de Santé (HAS) a publié plusieurs documents sur la prise en charge des principales dyslipidémies en prévention primaire [1]. Le rapport d’élaboration compte 160 pages, la fiche mémo 10 pages et la synthèse de la fiche mémo, résumée ci-dessous, 5 pages.

Pour évaluer le risque cardiovasculaire, il est recommandé de se servir de l’outil SCORE, qui figure dans les différents documents de la HAS.

L’exploration d’une anomalie lipidique est recommandée chez les hommes âgés de plus de 40 ans et chez les femmes âgées de plus de 50 ans ou ménopausées, et lors de la prescription d’une contraception hormonale estroprogestative. L’exploration d’une anomalie lipidique comporte la cholestérolémie totale, la triglycéridémie, la cholestérolémie des HDL et des LDL. Si le bilan est normal, la répétition d’un bilan lipidique plus d’une fois tous les 5 ans n’est pas justifiée en l’absence d’événement vasculaire, d’une augmentation du poids, de modification du mode de vie ou de l’instauration d’un traitement susceptible de modifier le bilan lipidique ou les facteurs de risque.

Les objectifs thérapeutiques sont identiques aux seuils d’intervention thérapeutique et sont fonction du risque cardiovasculaire (tableau I).

Les statines sont le traitement médicamenteux de première intention de l’hypercholestérolémie isolée. Les statines recommandées, parce qu’elles ont un meilleur rapport coût/efficacité, sont la simvastatine et l’atorvastatine. Ci-après un tableau sur le choix de la statine (tableau II).

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Hôpital Louis Pradel, BRON.

Laisser un commentaire