Syndrome d’apnées obstructives du sommeil et rythmologie

0

La recherche d’un syndrome d’apnées du sommeil (SAS) est bien souvent utile en cas de troubles du rythme, même en l’absence de plaintes fonctionnelles des patients : la prévalence du SAS est très fréquente chez les patients atteints de troubles du rythme aussi bien auriculaire que ventriculaire et son traitement permet souvent de mieux contrôler les arythmies, parfois de les supprimer. Certains stimulateurs et défibrillateurs, grâce à la mesure de l’impédancemétrie transthoracique, permettent de détecter de façon extrêmement fiable un SAS. En cas de forte suspicion, une simple polygraphie permet de confirmer le diagnostic avant la mise en place du traitement par PPC.Pourquoi s’intéresser au SAS en cas d’arythmies ?Le SAS est donc extrêmement fréquent en cardiologie. Nous avons recherché sa prévalence chez des patients sans aucun symptôme et porteurs d’un stimulateur cardiaque, avec ou sans resynchronisation. Un SAS a été diagnostiqué par polysom[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Unité de Rythmologie et Stimulation cardiaque, CHU de GRENOBLE.

Les commentaires sont fermés