PPC dans l’HTA résistante chez le patient apnéique

0

Il est désormais établi que le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) est non seulement un facteur de risque de maladie cardiovasculaire mais aussi une cause fréquente d’hypertension artérielle (HTA). Ces relations sont influencées par la sévérité du syndrome d’apnées du sommeil et expliquent que la présence d’un SAOS identifie des patients à haut risque de morbidité et mortalité cardiovasculaire [1]. Pour cette raison, le bilan d’une HTA résistante doit comporter la recherche d’un SAOS qui reste une cause curable de l’HTA. Cependant, l’intérêt d’un traitement par PPC (pression positive continue) de ce SAOS au cours d’une HTA résistante fait débat : aux effets presseurs modestes, il faut ajouter la difficulté pour les patients d’être observants à la PPC, les limites méthodologiques de certains essais et la publication plus récente d’essais négatifs.

Physiopathologie

Le SAS obstructif entraîne, par l’hypoxie répétée, une réponse végétative et cardiovasculaire qui fait le lit de l’HTA mais aussi de l’atteinte des organes cibles de l’HTA. Ainsi, l’activation du système nerveux sympathique et le retrait du tonus vagal contribuent à des effets hémodynamiques délétères qui sont potentialisés par les effets pro-inflammatoires, endothéliaux et métaboliques du SAS. Ces effets physiopathologiques expliquent en partie la raison pour laquelle le SAS entretient ou aggrave une HTA et le fait que son traitement puisse avoir un intérêt pour les patients hypertendus résistants à court et moyen terme, tant sur le plan presseur que sur celui des conséquences de l’HTA en termes d’atteintes d’organes ou de survenue d’événements (fig. 1).

Effets de la PPC sur la pression artérielle et dans l’HTA légère à modérée

Les[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Pharmacologie Clinique Fédération des Services de Cardiologie Faculté de Médecine et CHU, Toulouse.

Les commentaires sont fermés