Recommandations nord-américaines pour la prise en charge du surpoids et de l’obésité chez les adultes

0

Le processus d’élaboration des présentes recommandations est nouveau (voir l’article sur ce sujet dans ce numéro).

Plus de 78 millions d’adultes étaient obèses aux États-Unis en 2009-2010. L’obésité augmente le risque de morbidité due à l’hypertension artérielle, une dyslipidémie, un diabète de type 2, la maladie coronaire, les accidents vasculaires cérébraux, les atteintes de la vésicule biliaire, l’ostéo-arthrite, l’apnée du sommeil, les problèmes respiratoires et certains cancers. L’obésité est aussi associée à un risque accru de mortalité par maladie cardiovasculaire (MCV) et ce de toutes causes.

Le surpoids est défini par un indice de masse corporelle (IMC, body mass index [BMI] en anglais) entre 25 et 29,9 kg/m2, et l’obésité par un IMC ≥ 30 kg/m2. Les estimations actuelles sont que, aux États-Unis, 69 % des adultes sont en surpoids ou obèses, 35 % sont obèses.

Recommandations

>>> Identification des sujets qui doivent perdre du poids (IMC et tour de taille) :

– mesurer la taille et le poids et calculer l’IMC à chaque visite annuelle ou plus souvent (I, C) ;

– utiliser les seuils actuels pour le surpoids (IMC entre 25,0 et 29,9 kg/m2) et l’obésité (IMC ≥ 30 kg/m2) pour identifier les adultes qui peuvent être à risque accru de MCV, et le seuil actuel pour l’obésité (IMC ≥ 30) pour identifier les adultes qui peuvent être à risque accru de décès de toutes causes (I, B) ;

– informer les sujets adultes en surpoids ou obèses que plus l’IMC est élevé, plus le risque est accru de MCV, de diabète de type 2 et de décès de toutes causes (I, B) ;

– mesurer le tour de taille à chaque visite annuelle ou plus souvent chez les sujets en surpoids ou obèses ;

– informer les adultes que plus le tour de taille est élevé, plus le risque est augmenté de MCV, de diabète de type 2 et de décès de toutes causes. Les seuils actuellement utilisés (soit du NIH/NHLBI, soit du WHO/IDF) peuvent continuer d’être utilisés pour identifier des patients qui peuvent être à risque accru (IIa, B).

>>> Assortir les bénéfices du traitement au profil de risque (effet de la réduction du poids sur les facteurs de risque cardiovasculaire, les événements cardiovasculaires, la morbidité et la mortalité).

>>> Informer les adultes en surpoids ou obèses ayant des facteurs de risque cardiovasculaire (HTA, dyslipidémie et hyperglycémie) que des modifications du style de vie produisant une perte de poids, même modérée, prolongée, de 3 à 5 %,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Hôpital Louis Pradel, BRON.