De la contagiosité à la valeur prédictive positive. Quelques rappels et leurs implications pratiques

0

“Cette femme venait d’éternuer pour au moins la trois centième fois.
Elle me dit : « Il doit y avoir quelque chose dans l’air ». « Oui, vos germes ».”

~ Linda Herskovic.

Au sortir du confinement, le cardiologue reprend progressivement une activité professionnelle plus habituelle et est confronté à ses propres interrogations mais aussi à celles de ses patients, à l’interprétation à donner aux messages véhiculés dans les grands médias, qu’ils soient ou non sociaux.

Au sein des informations à décrypter, plusieurs touchent deux domaines importants : l’épidémiologie et les tests diagnostiques. Avec des interrogations du type “Docteur, est-ce que je suis à risque d’attraper la maladie ? Est-ce que je suis à risque d’avoir une forme grave ?” et “Pourquoi ne fait-on pas des tests à tout le monde ? Est-ce que je pourrais avoir un test ?”, “Pourquoi tel laboratoire fait des tests, même non remboursés, et tel autre ne les fait pas ?”.

Dans ce contexte, il a paru utile de proposer quelques rappels de notions parfois lointaines ou confuses concernant certaines données d’épidémiologie appliquée aux maladies contagieuses et concernant les tests diagnostiques de celles-ci.

Contagiosité

La contagiosité est le caractère de ce qui est contagieux, transmissible. Si la définition est simple, ce qui importe dans le contexte d’une épidémie est d’évaluer le taux de transmission d’un agent pathogène d’une personne vers d’autres personnes, permettant de déterminer un degré[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.