Quel bénéfice attendre des gliflozines dans la prise en charge de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection réduite aux États-Unis ?

1

Deux informations intéressantes concernant le traitement de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection réduite (IC FER) sont parues dans un bref article de recherche, effectué à partir de bases de données de la littérature, dans le JAMA Cardiology en mai 2020.

Première information

Aux États-Unis, si tous les patients ayant une IC FER et ayant les critères appropriés recevaient une gliflozine, en l’occurrence la dapagliflozine, 34 125 décès seraient évités par an.
Pour arriver à ce chiffre, les auteurs ont appliqué à la population d’IC FER des USA les résultats obtenus dans l’étude DAPA FH qui a montré que la dapagliflozine réduit la mortalité totale.
Pour évaluer la cible d’un tel traitement (c’est-à-dire les patients en ayant une indication), les auteurs ont utilisé les bases de données nord-américaines comme les American Heart Association Heart and Stroke Statistics.
Dans leur calcul, aux USA, il ont estimé qu’il y a 6,2 millions de personnes ayant une insuffisance cardiaque dont 50 % ont une fraction d’éjection inférieure à 40 %. De ce chiffre, ont été ôtés les patients institutionnalisés, ceux en attente de transplantation, ceux recevant un support inotrope ou une assistance ventriculaire, ceux ayant un stade I de la NYHA, ceux ayant une insuffisance rénale (DFG < 30 ml/min/1,73 m²) et ceux ayant un diabète de type 1.
La cible potentielle du traitement par gliflozine aux États-Unis a donc été estimée à 2 132 800 personnes.
Si l’ensemble de ces patients étaient traités par une gliflozine, en prenant comme référence les résultats obtenus dans l’étude DAPA HF, il a donc été estimé qu’il serait évité 34 125 décès par an, chiffre oscillant selon les analyses de sensibilité entre 21 840 et 49 140.
Si la prescription du traitement était restreinte, en prenant en compte les valeurs des peptides natriurétiques ayant servi de critères d’inclusion dans l’étude DAPA HF, la cible potentielle du traitement serait alors de 1 599 600 personnes et le nombre de décès évités par an serait de 25 594 (chiffre oscillant entre 16 380 et 36 855).

Deuxième information

L’application des classes pharmacologiques au bénéfice validé aux patients ayant une IC FER peut réduire la mortalité de 73 %.
En deux tableaux, les auteurs de ce travail rapportent les diminutions relatives moyennes de mortalité obtenues avec les différents moyens validés comme bénéfiques dans la prise en charge de l’IC FER et[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.

Un commentaire

Laisser un commentaire