Rétrécissement aortique asymptomatique

0

Le rétrécissement aortique calcifié (RAC) est actuellement la valvulopathie numéro un susceptible d’entraîner une intervention valvulaire en Europe occidentale. On estime que 2 à 4 % des patients âgés de plus de 75 ans ont un RAC sévère, diagnostiqué au stade asymptomatique dans plus de la moitié des cas. Le diagnostic de RAC sévère repose sur la visualisation à l’échocardiographie d’une valve aortique nettement calcifiée et peu mobile, associée à un pic de vitesse transvalvulaire (Vmax) > 4 m/s et/ou un gradient de pression moyen > 40 mmHg en Doppler continu [1].Dans la plupart des cas, la surface valvulaire est < 1,0 cm², ce dernier critère étant moins pertinent que les paramètres de vitesse/gradient pour la prédiction des événements cardiaques indésirables [1]. En cas de RAC sévère avec gradient transvalvulaire élevé associé à des symptômes clairement liés à cette valvulopathie, l’indication d’un remplacement valvula[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Pôle Médico-Chirurgical Cardio-Vasculaire

Laisser un commentaire