Revue de presse : Pronostic de l’angor sans lésion coronaire obstructive

0

Par le biais d’une méta-analyse publiée dans l’European Heart Journal, des auteurs italiens ont tenté d’évaluer le pronostic des patients ayant un angor stable, éventuellement une ischémie myocardique documentée, mais sans lésion coronaire obstructive.
Les conclusions de ce travail sont que les données disponibles pour permettre une telle évaluation sont hétérogènes et ne permettent aucune conclusion fiable. Elles fournissent deux indications : d’une part, sur les futures recherches à entreprendre sur le sujet et, d’autre part, sur les résultats globaux d’une telle évaluation.
Ainsi, la conclusion permise par ce travail et que l’incidence de la mortalité totale et des infarctus du myocarde non fatals est relativement faible dans cette situation clinique (de l’ordre de 1 % par an) et qu’elle est proche de celle observée dans la population de même âge. Certains facteurs sont associés à une incidence plus élevée : un angor typique par rapport à un angor atypique, une ischémie myocardique documentée par rapport à son absence et un athérome coronaire sans lésion obstructive pas rapport à l’absence d’athérome coronaire.

Problème

C’est une constatation clinique commune : certains patients ont un angor relativement typique, parfois aussi une ischémie myocardique documentée et, à la coronarographie, il n’y a pas de lésion coronaire obstructive. En dehors de la question relative à la compréhension de cette discordance, il existe une autre question pratique : le pronostic de ces patients est-il différent de ceux n’ayant pas d’angor ?
Or, il existe un grand nombre de registres ayant évalué le pronostic à moyen et long terme de ces patients et qui aboutissent à des résultats contradictoires : pronostic équivalent à celui des patients sans angor ou pronostic intermédiaire entre absence d’angor et maladie coronaire obstructive avérée, voire pronostic plus grave que celui de la maladie coronaire obstructive avérée.

Méthode

Afin de clarifier les raisons de ces discordances, des auteurs italiens menés par Raffaele de Caterina ont voulu savoir quel était le pronostic de ces patients et quels sont les principaux déterminants de ce pronostic. Pour cela, ils ont effectué une méta-analyse des études observationnelles disponibles.

D’emblée les auteurs ont été confrontés à un problème de tri des données concernant plusieurs aspects du problème, ce qui, pour partie, peut expliquer les différences de résultats entre les études disponibles :

  • les symptômes rapportés par[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.

Laisser un commentaire