Pièges et quantification de l’insuffisance mitrale par prolapsus

0

Évaluation de la sévérité de l’IM

1. Approche qualitative

L’insuffisance mitrale (IM) par prolapsus couvre un large spectre d’aspects morphologiques lésionnels, allant du prolapsus monovalvulaire isolé – éversion simple d’un ou de plusieurs segments du feuillet mitral avec extrémité du feuillet mitral dirigée vers le ventricule gauche (VG) – à un authentique flail leaflet – éversion valvulaire complète avec extrémité du feuillet mitral dirigée vers l’oreillette gauche (OG) (fig. 1, flèche blanche). La présence d’un flail leaflet constitue en tant que tel un signe très spécifique d’IM sévère, bien que la possibilité d’IM non sévère en présence d’un flail ait été décrite récemment.

En échocardiographie, lorsqu’il est bien défini, le jet visualisé par Doppler couleur d’une régurgitation est divisé en 3 composantes : la zone de convergence, la vena contracta (VC) et l’aire du jet (fig. 1). L’appréciation de la sévérité de la fuite par Doppler couleur avec mesure de l’aire du jet rapportée à la surface de l’OG doit être abandonnée car l’aire du jet peut être sur- ou sous-estimée selon le réglage de la ligne de base ou du gain couleur. D’un point de vue physiopathologique, l’élévation chronique de la pression auriculaire gauche peut diminuer l’aire du jet par diminution du gradient de pression VG-OG (driving pressure). Il faut en effet bien avoir en tête que le Doppler couleur n’est qu’une représentation des vitesses des globules rouges ; ainsi, une IM très véloce, même minime, peut s’accompagner d’un déplacement important et rapide des globules rouges dans l’OG responsable d’un jet étendu dans l’OG. Aussi, dans le cas du prolapsus monovalvulaire, selon le principe de l’effet Coandă (résultat de l’attraction d’un jet de fluide par une surface convexe voisine), le jet de l’IM sera classiquement excentré du côté opposé au feuillet prolabé (septum interatrial en cas de prolapsus postérieur, paroi postérieure de l’OG en cas de prolapsus antérieur) et, de ce fait, potentiellement sous-estimé par une simple approche en Doppler couleur [1].

Par ailleurs, il faut également veiller à bien explorer en Doppler couleur la valve[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Centre des valvulopathies, laboratoire d’échocardiographie, service de cardiologie-USIC, Groupement des Hôpitaux de l’Institut Catholique de Lille, Faculté de médecine et maïeutique de Lille, Université Catholique de LILLE.

Centre des valvulopathies, laboratoire d’échocardiographie, service de cardiologie-USIC, Groupement des Hôpitaux de l’Institut Catholique de Lille, Faculté de médecine et maïeutique de Lille, Université Catholique de LILLE.

Service de Cardiologie, Centre des valvulopathies, Groupement des hôpitaux de l’Institut catholique de Lille, Hôpital Saint-Philibert, Lille.

Laisser un commentaire