Aspirine en prévention primaire : trop, c’est trop ! Trois études pour mettre fin à 40 ans d’errance au pays des croyances

2

“Un homme à préjugés est un homme armé de vieilles opinions qu’il oppose sans examen à des vérités nouvelles”.Étienne de Jouy, Le Dictionnaire des gens du grand monde, 1818.Lors des sessions scientifiques 2018 de la Société européenne de cardiologie, les résultats de deux essais thérapeutiques contrôlés évaluant l’aspirine en prévention cardiovasculaire (CV) primaire ont été présentés : les études ARRIVE et ASCEND. Ces deux essais confirment que l’aspirine n’a pas de place en prévention CV primaire, y compris chez le diabétique. Plus encore, quelques jours plus tard, dans le New England Journal of Medicine (NEJM), les résultats de l’étude ASPREE évaluant l’aspirine en prévention primaire chez les patients âgés de plus de 70 ans ont fait l’objet de trois publications qui devraient enfin sonner le glas d’une utopie. Première publication, l’aspirine ne retarde pas la survenue d’un handicap chez les sujets âgés ; deuxième public[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.

2 commentaires

Laisser un commentaire