Revue de Presse : Les oméga-3 (huiles de poisson) doivent-ils être proposés largement en prévention des maladies cardiovasculaires ?

0

Question principale : les oméga-3 (huiles de poisson) doivent-ils être proposés largement en prévention des maladies cardiovasculaires ?

Question accessoire : y a-t-il des profils cliniques pouvant bénéficier cliniquement d’un supplément en acides gras oméga-3 ?

L’information

Les acides gras oméga-3 (huiles de poisson) ne sont pas à proposer comme traitement préventif des maladies cardiovasculaires notamment athérothrombotiques. Il est possible qu’en phase précoce de post-infarctus du myocarde et dans l’insuffisance cardiaque, ils apportent un bénéfice clinique mais celui-ci est encore incertain. Telles sont les conclusions d’un avis scientifique de l’American Heart Association paru fin mars 2017.

Oméga-3 : le pour et le contre

Les acides gras oméga-3, notamment consommés sous forme de gélules d’huile de poisson, sont largement promus comme pouvant diminuer le risque d’infarctus du myocarde (IDM) et/ou de récidive d’IDM. Ceci résulterait de propriétés antithrombotiques et d’une action bénéfique sur le profil lipidique permettant une prévention de l’athérome et de ses complications. Un argument majeur pour une telle théorie est que l’incidence de l’IDM est très faible chez certains habitants des pays arctiques, les inuits, et ce, alors que ces habitants consomment de grandes quantités de poissons gras : la graisse des poissons, riche en oméga-3, protégerait donc de la survenue d’un IDM. Plus encore, il est admis[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.

Laisser un commentaire