Traitement de la carence martiale en cardiologie

0

La correction de la carence martiale, qu’elle soit associée ou non à une anémie, est devenue une des cibles du traitement de l’insuffisance cardiaque du fait de son impact négatif sur les performances à l’effort et le pronostic des patients. Un déficit en fer mérite d’être systématiquement recherché, comme le soulignent les recommandations de la Société Européenne de Cardiologie [1, 2].La voie orale reste le traitement de première intention selon les recommandations de la HAS en raison de son faible coût et de son caractère non invasif, avec un apport de 100 à 200 mg/jour de fer ferreux au moins pendant 3 mois. Néanmoins, cet apport per os ne corrige que 30 % environ des carences martiales au cours de l’insuffisance cardiaque. Cela est dû à une mauvaise absorption digestive (limitée par l’œdème intestinal et la contre-régulation de l’hepcidine secondaire à la fréquence d’un état inflammatoire dans l’insuffisance cardiaque évoluée) et [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Fédération des Services de Cardiologie, CHU Toulouse-Rangueil, Toulouse. Inserm, U858, Toulouse.

Les commentaires sont fermés