Hyperandrogénie, syndrome des ovaires polykystiques, obésité et syndrome métabolique

0

L’hyperandrogénie est une des anomalies endocriniennes les plus fréquentes, sa prévalence est estimée entre 5 à 10 % des femmes jeunes. Il s’agit de la production excessive d’androgènes d’origine ovarienne dans le cadre du syndrome des ovaires polykystiques ou SOPK. C’est un désordre hormonal complexe qui a fait l’objet de consensus pour établir des critères diagnostiques [1], puis pour prendre en charge la fertilité [2]. L’origine est multifactorielle : de nombreux facteurs environnementaux sont impliqués, une prédisposition génétique semble être dominante, l’origine ethnique influence le type de comorbidité [3]. Son expressivité clinique se manifeste différemment selon l’origine ethnique et l’âge, rendant le diagnostic difficile chez les plus jeunes [4]. Le diagnostic de SOPK est notoire­ment hétérogène basé sur trois caractéristiques :– un hirsutisme qui s’aggrave ;– une oligo-aménorrhée persistante ;– et des ovaires v[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Unité d’Endocrinologie, Maladies Osseuses, Génétique et Gynécologie Médicale Hôpital des Enfants, Toulouse.

Laisser un commentaire