Imagerie par IRM et scanner : quoi de neuf ?

0

1. Imagerie de perfusion myocardique

Sans aucun doute, la publication qui a eu le plus d’impact en 2012 dans le domaine de l’imagerie n’est pas un travail centré directement sur l’IRM ou le scanner. En effet, l’étude FAME II ajoute un poids supplémentaire, s’il était nécessaire, à l’évidence que la décision de revascularisation myocardique doit être prise en fonction de l’existence et l’étendue d’une ischémie myocardique documentée, et non pas sur les aspects angiographiques d’une sténose coronaire [1]. Ce travail va inévitablement avoir pour effet d’augmenter le nombre d’examens d’imagerie susceptibles de mettre en évidence l’ischémie myocardique. Le choix de la modalité d’imagerie reste très dépendant de la disponibilité et de l’expertise locale.

Les deux études les plus larges comparant la scintigraphie myocardique de stress et l’IRM de stress, avec la coronarographie comme méthode de référence invasive, ont été publiées au cours de l’année passée (fig. 1). Dans l’étude CE-MARC, 752 patients ayant une suspicion d’insuffisance coronaire ont été inclus et ont bénéficié d’une IRM de stress (perfusion sous adénosine, rehaussement tardif, angiographie coronaire par RM) ainsi que d’une scintigraphie de stress au 99mTc [2]. MR-IMPACT est un essai multicentrique (33 centres en Europe et aux Etats-Unis) comparant également l’IRM de stress et la scintigraphie [3]. Les résultats des deux études sont résumés dans le tableau I.

Dans CE-MARC, l’analyse des courbes ROC met en évidence une supériorité de l’IRM de stress (aire sous la courbe 0,89 [0,86-0,91] vs 0,74 [0,70-0,78] ; p < 0,0001). L’aire sous la courbe pour les patients monotronculaires est de 0,87 [0,83-0,90] pour l’IRM de stress vs 0,71 [0,66-0,76] pour la scintigraphie (p < 0,0001). Pour les patients pluritronculaires, elle est de 0,91 [0,87-0,95] pour l’IRM et 0,77 [0,72-0,83] pour le SPECT (p < 0,0001). Ces résultats renforcent les données d’efficacité diagnostique et le rôle potentiel de l’IRM de stress, permettant d’éviter toute irradiation [4]. L’IRM de perfusion au cours du stress a été validée par comparaison à la FFR (guide pression invasif) [5]. La mesure de la FFR s’est imposée comme méthode de référence pour déterminer le caractère fonctionnel d’une lésion coronaire. La FFR constitue[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Institut Cardiovasculaire Paris Sud Service d’Imagerie Cardiovasculaire par Résonance Magnétique et Scanner Hôpital Privé Jacques Cartier, MASSY.

Laisser un commentaire