Participation à la régulation des urgences pédiatriques. L’expérience lyonnaise de délivrance de messages de santé

0

Contexte et justificationLa majeure partie de la saturation des services d’urgence, hospitaliers et libéraux, s’explique par l’afflux toujours plus important de consultations non programmées vers ces structures [1]. Malgré des efforts d’organisation et une augmentation de l’offre, on constate un accroissement quasi parallèle des “besoins exprimés” : le nombre de passages dans les différentes filières d’urgences pour enfants a doublé entre 1990 et 2004 en France, passant de sept millions en 1990 à quatorze millions en 2004.Les services d’accueil d’urgence initialement dédiés à la prise en charge des patients les plus gravement atteints sont devenus, pour l’essentiel, des centres de soins primaires à type de consultations non programmées et ne justifiant pas, médicalement, un plateau technique aussi sophistiqué. Ce phénomène n’est pas seulement coûteux en termes de temps et de moyens, mais surtout il peut compromettre les modalités de prise e[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire