Explorations non invasives de l’AOMI

0

L’examen clinique et la mesure de l’index de pression systolique (IPS), abordée par ailleurs dans cette revue, sont les premières méthodes non invasives face à une artériopathie des membres inférieurs (AOMI). Une fois le diagnostic établi, notamment par la mesure de l’IPS, se pose la question de l’exploration anatomique de cette AOMI. Le but de cette exploration est la réalisation d’une cartographie lésionnelle prompte à faire l’état des lieux quant aux différentes lésions. Cette étape est importante même si certains, aux stades les moins fonctionnels de la maladie, mettent en doute son intérêt.

Pendant longtemps, et il faut le dire dans de nombreux centres actuellement encore, c’est l’artériographie qui a constitué la base de cette évaluation, le gold standard en dehors duquel rien n’était possible. Aujourd’hui, les méthodes d’imagerie non invasives ont fait de tels progrès que leur intérêt est devenu indiscutable. Cet article n’a pas vocation à plaider en faveur d’une méthode ou d’une autre. D’ailleurs, dans leur sagesse, les différentes recommandations sur le sujet accordent souvent le même grade à chacune de ces techniques, que ce soit l’écho-Doppler, l’angioscanner ou la résonance magnétique [1-3]. L’essentiel est de pouvoir au temps T, avec le minimum d’inconfort et de risque pour le patient, établir un bilan lésionnel précis, de manière à statuer sur la stratégie thérapeutique la mieux adaptée avec un rapport coût/efficacité satisfaisant.

Les techniques

Cette revue va se focaliser sur les trois méthodes les plus couramment utilisées, soit encore une fois l’écho-Doppler, l’angioscanner et l’angiographie par résonance magnétique (ARM). D’autres techniques sont utilisées par ailleurs, ainsi la pléthysmographie à laquelle on a recours encore souvent aux USA. La mesure de pression à l’orteil, le laser Doppler, la mesure de la TcPO2 gardent également tout leur intérêt en cas de calcifications artérielles ou surtout d’ischémie critique, ils sont réservés essentiellement à des centres experts. Il ne faut pas oublier également les mesures de pression après effort dont l’importance peut se révéler fondamentale pour le diagnostic et l’évaluation fonctionnelle.

1. L’écho-Doppler

C’est la méthode d’exploration[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Cardiologue, Thionville.

Laisser un commentaire