Comment réduire le risque de complications cardiaques périopératoires ?

0

Le principal risque de complications cardiaques lors d’une chirurgie non cardiaque est celui d’infarctus du myocarde postopératoire, qui est estimé à environ 1 %, un tiers des cas entraînant le décès du patient. L’application des stratégies de prévention des complications de la maladie coronaire, qu’elles reposent sur le traitement médicamenteux ou la revascularisation, nécessite la prise en compte des spécificités du contexte périopératoire qui peut modifier le rapport bénéfice/risque des traitements médicamenteux ou des interventions.

Les recommandations récentes de la Société Européenne de Cardiologie permettent de faire le point sur les différentes stratégies de réduction du risque de complications cardiaques postopératoires, notamment à la lumière d’études randomisées et d’études de cohorte [1].

Stratégies de diminution du risque de complications ischémiques périopératoires

1. Bêtabloquants

Les premières études randomisées ayant mis en évidence un bénéfice de la prescription périopératoire de bêtabloquants concernaient des patients à risque cardiovasculaire élevé qui étaient opérés d’une chirurgie à haut risque de complications cardiaques, en l’occurrence une chirurgie vasculaire de l’aorte abdominale ou des artères de membres inférieurs [2, 3]. En particulier, l’étude DECREASE, qui avait randomisé 112 patients devant avoir une chirurgie vasculaire et ayant une échocardiographie de stress sous dobutamine anormale, avait mis en évidence une réduction de 89 % de la mortalité cardiaque ou/et du risque d’infarctus périopératoire, le bénéfice étant maintenu jusqu’à[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Département de Cardiologie, Hôpital Bichat, PARIS.

Laisser un commentaire