Dossier : Insuffisance cardiaque terminale

0

Le cardiologue prenant en charge ces patients en phase de décompensation en USIC doit en effet acquérir des compétences en réanimation médicale du fait des conséquences viscérales, notamment pulmonaires, rénales et hépatiques, de la défaillance cardiaque. Les équipes médicales et paramédicales confrontées à ces patients souvent en fin de vie doivent être formées aux soins palliatifs. Mais la vraie réponse à ce défi est avant tout technologique, seul le recours à une assistance circulatoire mécanique permettrait de sauver ces patients. Suivant l’exemple du développement des méthodes d’assistance percutanée type ECMO qui, en améliorant l’état hémodynamique des patients les plus graves, permettent la réalisation après réflexion d’une greffe en urgence dans de meilleures conditions, c’est maintenant aux techniques d’assistance prolongée, définitives ou non, de se développer, afin que cette technologie longtemps élitiste, réservée [...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Fédération des Services de Cardiologie, CHU Toulouse-Rangueil, Toulouse. Inserm, U858, Toulouse.

Laisser un commentaire