Amlodipine : les preuves en prévention primaire du risque cardiovasculaire

0

Depuis leur première utilisation dans le traitement de l’hypertension artérielle (HTA) dans le début des années 1980, les antagonistes calciques font partie des molécules les plus utilisées dans ce domaine, en France et dans le monde. Les premières molécules disponibles avaient une durée d’action brève obligeant à plusieurs prises quotidiennes, et un important travail de recherche pharmacologique a été entrepris pour aboutir au développement de formes d’action prolongée :– soit par la synthèse de molécules garantes en elles-mêmes d’une action prolongée, ce fut le cas de l’amlodipine dont l’AMM a été obtenue en France en 1990 avec une commercialisation effective en 1992,– soit par la mise au point de formes galéniques permettant de prolonger la durée d’action de molécules à effet bref, notamment par un travail sur l’enveloppe du principe actif, ce fut le cas du vérapamil, de la nifédipine et du diltiazem.Télécharger l’article :[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.

Laisser un commentaire