La chirurgie de la valve tricuspide : quand et comment opérer ?

0

L’insuffisance tricuspide (IT) est l’une des manifestations les plus communes de la maladie cardiaque valvulaire : elle peut affecter 65-85 % de la population [1, 2].

L’IT primaire (organique) implique la pathologie du complexe tricuspide de la valve et peut être d’origine rhumatismale, dégénérative, congénitale, infectieuse, traumatique ou iatrogène (habituellement secondaire aux électrodes de stimulateur cardiaque). L’IT secondaire (ou fonctionnelle) est plus fréquente et liée à la dilatation annulaire ventriculaire droite secondaire au dysfonctionnement gauche [3], à la fibrillation auriculaire ou à l’hypertension pulmonaire [4, 5].

Le moment optimal de la chirurgie pour une insuffisance tricuspide reste controversé et l’opération est généralement entreprise à un stade avancé puisque de nombreux patients demeurent asymptomatiques (en dépit de la fonction altérée du ventricule droit) ou présentent un risque chirurgical élevé en raison des comorbidités et/ou de l’âge élevé [2, 3, 5].

Une autre question litigieuse concerne les techniques de chirurgie tricuspide de la valve puisque différentes méthodes de réparation ont été proposées. En outre, diverses approches percutanées ont été développées pour être utilisées chez les patients à haut risque au cours des dernières années.

Anatomie et fonction de la valve tricuspide

La valve tricuspide sépare l’oreillette droite et le ventricule droit. Elle est composée de trois feuillets (antérieur, postérieur et septal, dans l’ordre décroissant de taille et dans le sens des aiguilles d’une montre comme vu par le chirurgien) dans un anneau fibreux qui fait partie du squelette fibreux du cœur. Chaque feuillet est relié au muscle papillaire homonyme, bien qu’un muscle papillaire septal individuel soit souvent inexistant et remplacé par de petites têtes musculaires résultant directement du septum interventriculaire. La fonction de la valve est complexe et implique les chordae tendineae (cordages tendineux), les muscles papillaires, et le myocarde auriculaire et ventriculaire droit [6].

L’anneau[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service de Chirurgie cardiothoracique, Hôpital Henri Mondor, UPEC, CRÉTEIL.

Service de Chirurgie cardiothoracique, Hôpital Henri Mondor, UPEC, CRÉTEIL.