Comment évaluer la validité externe en termes d’applicabilité des résultats d’une étude ?

0

La recherche est-elle déconnectée des problématiques cliniques quotidiennes que nous rencontrons dans notre pratique ?

Incontestablement, la façon la plus rationnelle de répondre à cette question consiste à évaluer “la validité externe” de l’article que vous étudiez. En effet, elle correspond au degré de généralisabilité des résultats d’une étude à la pratique quotidienne.

Tout l’intérêt de cette évaluation est qu’elle répond à une grille relativement standardisée décrite dans les recommandations de lecture critique d’article. L’objectif de cet article vise à présenter les points clés de cette évaluation.

Comprendre le principe de “validité externe”

La validité externe de l’étude correspond au degré d’applicabilité des résultats obtenus à partir de la population étudiée aux patients du quotidien de la population cible. Autrement dit, lorsqu’on se pose la question d’évaluer la validité externe d’une étude, cela revient à répondre à la question suivante : les résultats de cette étude sont-ils applicables en pratique à nos patients de la vraie vie ?

Il s’agit d’un élément crucial à évaluer systématiquement lorsque vous lisez un article scientifique car cela détermine l’intérêt d’une étude pour nos patients. En effet, la force du résultat sur les critères de jugement principal et secondaires n’est pas suffisante pour conclure sur l’intérêt d’une étude. Autrement dit, il ne suffit pas à un traitement d’être efficace, ou à un test diagnostique d’être performant, mais ils se doivent aussi d’être facilement utilisables et applicables en routine clinique.

Par exemple, imaginons le développement d’une nouvelle séquence d’IRM cardiaque qui serait par exemple très performante pour distinguer myocardite et infarctus chez un patient avec un diagnostic de MINOCA. Aussi performante soit-elle, si cette séquence dure 30 minutes de plus que la séquence traditionnelle, elle ne sera pas utilisée en pratique car incompatible avec la routine clinique.

Ainsi, nous pouvons retenir que les deux[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, CHU Lariboisière, PARIS ; Unité Inserm-UMR 942, PARIS.