Le pire de l’année ? L’avancée du populisme scientifique

0

“Il me semble qu’apparaît une sorte de populisme scientifique. C’est-à-dire qu’on utilise des arguments de bon sens pour contester le discours des scientifiques, or la science s’est construite contre le bon sens.”
~ Étienne Klein, philosophe et physicien, sur Radio France le 13  avril 2018.

“Avec l’essor de personnages saugrenus comme le professeur Didier Raoult, assénant des jugements scientifiques sans les étayer en rien, multipliant les contradictions, enfumant l’opinion, qui aurait pu croire un jour qu’un médecin se prévaudrait du soutien populaire pour justifier ses travaux et ses méthodes, comme un conseiller général en pleine campagne électorale ? Avec le coronavirus, le populisme scientifique qui contestait déjà l’intérêt des vaccins et des antibiotiques, a fait des progrès.”

~ François Lenglet, in Quoi qu’il en coûte, éditions Albin Michel, septembre  2020.

Ce numéro de Réalités Cardiologiques constitue un rendez-vous annuel destiné à rendre compte des données publiées lors d’une année civile et qui peuvent modifier la pratique cardiologique, une sorte de “le meilleur de 2020”. Cependant, en médecine, cette année 2020 a aussi été marquée par des événements que l’on pourrait qualifier de “le pire de”, et tout cela à cause d’un virus de 100 nanomètres de diamètre et de quelques personnalités particulières.

Fin 2019, ce virus, une séquence d’ARN encapsidé et enveloppé, est devenu infectieux pour l’homme. Dès que nos cellules sont devenues sa maison, la santé publique, l’activité économique et sanitaire de presque tous les pays du monde en ont été profondément modifiées en quelques mois. Pire encore, fin novembre 2020, 1,4 million de personnes dans le monde étaient directement décédées à cause de ce virus et probablement plusieurs milliers d’autres du fait des conséquences indirectes de la pandémie.

Cette pandémie est un moment difficile et qui le reste. Dans de tels moments, une figure émerge parfois, qui, pour certains, peut apparaître comme un sauveur. En d’autres circonstances et d’autres périodes, ce fut le cas de personnalités comme Charles de Gaulle, Winston Churchill ou Franklin D. Roosevelt par exemple. Ils avaient tous trois des caractères très difficiles, anticonformistes, controversés, mais l’histoire leur a rapidement rendu justice. Mais on peut douter que l’histoire rende justice lorsque, toujours dans des moments difficiles, certaines personnalités particulières en profitent, non pas pour proposer une solution,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.