Arrêt cardio-respiratoire en période d’épidémie de COVID-19 : l’expérience francilienne

0

Le nouveau coronavirus, syndrome de détresse respiratoire aiguë coronavirus 2 (SARS-CoV-2), à l’origine de la COVID-19, a été déclaré pandémie mondiale par l’OMS le 11 mars 2020.

À ce jour, plus de 5 millions de cas d’infection ont été rapportés, causant plus de 350 000 décès, ces chiffres augmentant de façon exponentielle en phase initiale de la pandémie [1].

Au-delà de la mortalité directe liée à la COVID-19, les préoccupations sont croissantes concernant les conséquences de la pandémie sur la société et le système de santé en général [2]. La COVID-19 a provoqué des défis sans précédent pour la communauté médicale de ville, préhospitalière et hospitalière.

Par ailleurs, le confinement imposé, la peur d’être contaminé lors d’un séjour hospitalier ont très probablement modifié les réactions de la population. En ce sens, l’arrêt cardiaque extrahospitalier est un critère d’évaluation particulièrement intéressant à étudier.

Augmentation du nombre d’arrêts cardiaques et de la mortalité associée pendant la pandémie

En mai 2020, une étude publiée a fait part d’une augmentation massive du nombre d’arrêts cardiaques extrahospitaliers (+ 58 %) en Lombardie (Italie), une région particulièrement touchée par le virus avec un système de santé dépassé (registre Lombardia CARe) [3]. Les nouveaux cas rapportés de COVID-19
par le Dipartimento della Protezione Civile (Italie) ont été mis en relation avec ces données régionales (fig. 1), montrant une corrélation entre l’évolution des cas de mort subite extrahospitalière et des cas de COVID-19. Les auteurs plaident la causalité en annonçant que près de 80 % du surplus d’arrêts cardiaques sont liés à la COVID-19

Concernant Paris, touché un peu après l’Italie et de façon un peu moins forte, nous avons analysé les données du registre francilien du Centre d’Expertise Mort Subite (CEMS) [4, 5]. Ce registre collecte de façon exhaustive tous les cas d’arrêts cardiaques extrahospitaliers depuis le 15 mai 2011 grâce à la collaboration des premiers secours (Brigade des Sapeurs-Pompiers/BSPP et Service d’Aide[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Université de Paris, PARCC, Inserm, PARIS. Centre d’Expertise Mort Subite (CEMS), PARIS.

Université de Paris, PARCC, Inserm, PARIS. Hôpital européen Georges Pompidou, PARIS.

Centre d’Expertise Mort Subite (CEMS), PARIS. Brigade des Sapeurs-Pompiers de PARIS.

Centre d’Expertise Mort Subite (CEMS), PARIS.

Université de Paris, PARCC, Inserm, PARIS. Hôpital européen Georges Pompidou, PARIS.

Hôpital européen Georges-Pompidou, Unité de Rythmologie et Centre de Recherche Cardiovasculaire, PARIS.

Laisser un commentaire