Chirurgie et indication opératoire dans les bicuspidies

0

La majorité des patients porteurs d’une bicuspidie aortique seront opérés d’une sténose aortique (80 % des cas) ou d’une insuffisance aortique (IA) associée dans 15 à 40 % des cas à un anévrysme de l’aorte ascendante [1]. Bien que la plupart des bicuspidies fuyantes soient accessibles à une réparation, elles sont encore majoritairement traitées par un remplacement valvulaire bien que la mortalité à 15 ans d’une bioprothèse aortique soit de 30 % et de 26 % pour une valve mécanique chez les patients de 45-54 ans, alors que celle des conservations valvulaires aortiques se situe aux alentours de 10 % avec une meilleure qualité de vie et une espérance de vie similaire à celle de la population générale [2-4].

L’étude multicentrique française CAVIAAR (Conservative Aortic Valve Surgery for Aortic Insufficiency and Aneurysms of the Aortic Root) vient de montrer qu’à 4 ans il y a déjà une réduction significative de la mortalité liée à la valve après plastie aortique par rapport au Bental mécanique dont le taux d’événements majeurs liés à la valve (accidents thromboemboliques, hémorragiques, endocardite, réopération) atteint de surcroît 3,7 %/patient-année, soit 37 % à 10 ans [5, 6]. C’est la raison pour laquelle les recommandations européennes de 2017 (tableau I) préconisent une discussion multidisciplinaire pour sélectionner les candidats potentiels à une plastie aortique avec prise en charge dans un centre expert [7]. Elle s’adresse aux patients porteurs d’une dystrophie de l’aorte ascendante à valves souples bicuspides ou tricuspides, incluant les anévrysmes et les insuffisances aortiques isolées.

Indications opératoires

Les indications opératoires des anévrysmes de l’aorte ascendante restent basées sur le diamètre aortique maximal mesuré en diastole sur un scanner synchronisé, en coupes transverses perpendiculaires à l’axe du vaisseau. Au niveau des sinus de Valsalva, la mesure doit être de fond de sinus à fond de sinus, correspondant à la mesure grand axe bord d’attaque à bord d’attaque en échographie. Il est donc essentiel, lors du diagnostic d’une dilatation aortique, de faire au moins un scanner synchronisé initial (fig. 1)[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Département de Pathologie cardiaque,
Institut mutualiste Montsouris, PARIS.

Pôle Médico-Chirurgical Cardio-Vasculaire

Département de Pathologie cardiaque,
Institut mutualiste Montsouris, PARIS.

Département de Pathologie cardiaque,
Institut mutualiste Montsouris, PARIS.

Laisser un commentaire