Anomalies de la microcirculation : réalité clinique, évaluation et prise en charge thérapeutique

0

Depuis les années 1990, les pathologies cardiovasculaires sont devenues la première cause de mortalité dans le monde [1]. Néanmoins, le phénotype de cette maladie évolue. Ainsi, de plus en plus de patients bénéficiant d’une coronarographie pour l’exploration d’un angor ou d’une dyspnée avec identification d’une ischémie myocardique n’ont pas de lésion sur les artères coronaires épicardiques [2, 3]. Malgré cette absence de lésion, le pronostic de ces patients n’est pas nécessairement bon.

En effet, si l’athérosclérose a longtemps été considérée comme une maladie touchant les artères épicardiques [4], il est maintenant acquis que cette pathologie touche l’ensemble de la circulation coronaire, y compris les microvaisseaux. Ainsi, les symptômes et l’altération du pronostic observés chez ces patients malgré des artères épicardiques normales sont dus à des anomalies de la microcirculation coronaire. Cette revue fait le point sur la physiopathologie, la clinique, l’évaluation et, enfin, la prise en charge de ces anomalies microcirculatoires.

Réalité clinique

1. Physiopathologie/épidémiologie

La circulation coronaire est composée de plusieurs segments de vaisseaux distincts dont la taille va progressivement diminuer. Ainsi, les artères proximales épicardiques (> 400 µm) donnent naissance aux pré-artérioles (100-400 µm) et aux petites artérioles[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie interventionnelle, CHU Henri Mondor, Créteil

Laisser un commentaire