Hyponatrémie, physiopathologie et risques dans l’insuffisance cardiaque

0

Qu’il s’agisse d’hyponatrémie ou d’hypernatrémie, plusieurs études ont montré une relation entre la concentration de sodium à l’admission et le pronostic chez les patients porteurs d’une insuffisance cardiaque à fraction d’éjection normale ou détériorée. La natrémie normale est comprise entre 135 et 145 mmol/L et, même dans cette fourchette, les patients dont la natrémie est entre 140 et 145 mmol/L ont un meilleur pronostic que ceux dont la natrémie est comprise entre 135 et 139 mmol/L. Les hyponatrémies sont de l’ordre de 10 % chez les insuffisants cardiaques et inférieures à 5 % lorsqu’on parle d’hyponatrémie significative < 128-130 mmol/L.L’hyponatrémie des insuffisants cardiaques est rarement isolée et s’associe à une augmentation de l’urée, un syndrome cardio-rénal, une classe NYHA 3 à 4, une hypotension artérielle, une fraction d’éjection plus basse, un taux de réadmission plus important, des durées de séjour plus l[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service de Cardiologie, CHU de ROUEN.

Service de Cardiologie, CHU de ROUEN.

Laisser un commentaire