Hyponatrémie, physiopathologie et risques dans l’insuffisance cardiaque

0

Qu’il s’agisse d’hyponatrémie ou d’hypernatrémie, plusieurs études ont montré une relation entre la concentration de sodium à l’admission et le pronostic chez les patients porteurs d’une insuffisance cardiaque à fraction d’éjection normale ou détériorée. La natrémie normale est comprise entre 135 et 145 mmol/L et, même dans cette fourchette, les patients dont la natrémie est entre 140 et 145 mmol/L ont un meilleur pronostic que ceux dont la natrémie est comprise entre 135 et 139 mmol/L. Les hyponatrémies sont de l’ordre de 10 % chez les insuffisants cardiaques et inférieures à 5 % lorsqu’on parle d’hyponatrémie significative < 128-130 mmol/L.

L’hyponatrémie des insuffisants cardiaques est rarement isolée et s’associe à une augmentation de l’urée, un syndrome cardio-rénal, une classe NYHA 3 à 4, une hypotension artérielle, une fraction d’éjection plus basse, un taux de réadmission plus important, des durées de séjour plus longues, le recours à des soins plus complexes tout en augmentant les complications, la iatrogénie et les coûts de santé.

Physiopathologie des hyponatrémies dans l’insuffisance cardiaque

Il existe 4 causes principales d’hyponatrémie dans l’insuffisance cardiaque d’importance inégale (fig. 1).

>>> En premier lieu, l’utilisation des diurétiques de l’anse, des thiazidiques et des antagonistes minéralocorticoïdes contribue largement à l’hyponatrémie dont le mécanisme est une déplétion. Ce qu’il faut retenir c’est que, dans la grande majorité des cas, les hyponatrémies induites par les diurétiques sont le fait des thiazidiques. Ces hyponatrémies sont habituellement modérées mais quelques cas sévères d’hyponatrémie peuvent se développer dans des réactions d’idiosyncrasies. Certaines associations de diurétiques comme les thiazidiques et l’amiloride ont un effet synergique sur la fuite de sodium au niveau du tube collecteur, d’autant plus prononcée que l’épargne potassique de l’amiloride aggrave elle-même cette hyponatrémie. Enfin, quelques cas d’hyponatrémie ont été décrits avec l’indapamide.

>>> L’autre[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service de Cardiologie, CHU de ROUEN.

Service de Cardiologie, CHU de ROUEN.

Laisser un commentaire