Cœur et hypothyroïdie

0

L’hypothyroïdie est une pathologie fréquente, notamment chez les femmes. Elle touche près de 0,4 % de la population adulte [1] et sa prévalence augmente avec l’âge. L’étiologie la plus fréquemment rencontrée est la thyroïdite auto-immune mais bien d’autres causes existent (tableau I).

La symptomatologie de l’hypothyroïdie varie en fonction de son ancienneté et de sa profondeur. Les signes cliniques devant faire évoquer le diagnostic sont multiples. Le patient présente un tableau d’hypométabolisme avec une asthénie, une frilosité et une constipation acquises, une bradycardie, une hypothermie et une prise de poids modérée. Il peut présenter une atteinte de la peau et des phanères (peau pâle et sèche, dépilation, cheveux secs et cassants), ainsi qu’une atteinte neuromusculaire (crampes et myalgies). Parfois, on retrouve un myxœdème cutanéomuqueux, avec une peau infiltrée et épaissie, en particulier au niveau de la face dorsale des mains et du visage (fig. 1 et 2).

En outre, les hormones thyroïdiennes ont de multiples actions sur le système cardiovasculaire. L’hypothyroïdie patente ainsi que l’hypothyroïdie infraclinique (définie par l’association d’une TSH élevée et d’une T4 normale) peuvent donc avoir des conséquences notables sur ce dernier, avec notamment des atteintes coronariennes, péricardiques et fonctionnelles cardiaques.

Hypothyroïdie et atteinte coronarienne

L’association entre hypothyroïdie et athérosclérose est connue de longue date. Une première description de cette association a été réalisée dans les années 1960. Il s’agissait d’une étude autopsique qui retrouvait des atteintes coronariennes d’athérosclérose plus importantes chez les patientes hypothyroïdiennes [2].

D’autres études sont venues étayer cette thèse : une substitution correcte de la fonction thyroïdienne chez des patients hypothyroïdiens est notamment corrélée à l’absence de progression de la maladie athéromateuse coronarienne [3]. Par ailleurs, l’épaisseur intima-média, qui est associée à la survenue d’événements cardiovasculaires ultérieurs, est significativement plus importante chez les patients porteurs[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service d’Endocrinologie-Diabète-Nutrition, CHRU de Nancy-Hôpitaux de Brabois, VANDŒUVRE-LÈS-NANCY.

Laisser un commentaire