L’endocardite infectieuse sur prothèse valvulaire

0

L’endocardite infectieuse (EI) est une complication redoutable des prothèses valvulaires, atteignant 1 à 6 % des patients qui en sont porteurs [1]. Elle se définit par la greffe d’un agent infectieux au niveau de l’endocarde de la zone d’insertion et/ou sur les éléments mobiles d’une prothèse. Toutes les prothèses valvulaires peuvent être atteintes : prothèses mécaniques, prothèses biologiques stentées ou non, insérées par voie chirurgicale ou percutanée, homogreffes et autogreffes. Un diagnostic précoce est indispensable pour en améliorer la prise en charge et éviter les complications évolutives. Ce diagnostic passe par l’identification du micro-organisme responsable et la mise en évidence d’une atteinte infectieuse au niveau de la prothèse.

Physiopathologie

La greffe de micro-organismes circulants se fait sur les agrégats fibrino-
plaquettaires présents autour de ou sur la prothèse elle-même. En général, les éléments mobiles des prothèses mécaniques sont indemnes de dépôts et l’infection se localise donc de préférence sur la zone d’insertion de ce type de prothèse, avec extension fréquente aux tissus voisins. Dans le cas des bioprothèses, l’infection peut toucher les cusps et/ou l’anneau de la prothèse.

Épidémiologie

En France, le nombre d’implantations de prothèses valvulaires est d’environ 20 000 par an. Le nombre de patients adultes âgés de 25 à 84 ans porteurs de prothèse valvulaire est estimé à environ 228 000, ce qui correspond à moins de 1 % de la population d’âge correspondant [2], alors qu’ils représentent environ 20 % des patients atteints d’EI dans les séries récentes [3, 4]. À titre de comparaison, l’incidence de l’EI est de 18 cas par million chez les patients sans valvulopathie connue, de 460 cas par million chez les[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Département de Cardiologie,

Laisser un commentaire