Que faire en cas de détection de FA sur les fonctions mémoires des stimulateurs ou défibrillateurs ?

0

Tous les stimulateurs cardiaques, mais également les défibrillateurs disposant d’une sonde atriale, ont la possibilité de détecter les AHRE (Atrial High Rate Episodes), autrement dit de détecter la fibrillation atriale (FA), la plupart du temps silencieuse.

On sait que la FA est associée de façon générale à une augmentation du risque d’accidents vasculaires cérébraux et autres événements emboliques artériels et que l’anticoagulation par antivitamine K (AVK) ou anticoagulants oraux directs (AODs) réduit ce risque. On sait également que la FA est souvent silencieuse, notamment chez ces porteurs de stimulateur/défibrillateur.

Nous nous proposons de répondre à deux questions importantes : quelle durée d’arythmie atriale détectée par les fonctions mémoires faut-il prendre en compte pour que le pronostic soit modifié ? Faut-il alors anticoaguler ces patients et lesquels plus particulièrement ?

Sensibilité du diagnostic des fonctions mémoires

Il s’agit du suivi exhaustif, sur toute la durée de vie d’une prothèse implantable, de l’activité atriale. On peut donc penser que la sensibilité diagnostique, si la prothèse implantable est bien programmée, est proche de 100 % (fig. 1).

Sensibilité théorique des fonctions mémoires dans le diagnostic des arythmies atriales

Le diagnostic des arythmies atriales est généralement basé sur la survenue d’un repli du stimulateur/DAI en mode ventriculaire (VVIR ou DDIR) sur des événements atriaux soutenus.

Il faut donc que la sonde auriculaire soit parfaitement implantée et fonctionnelle pour avoir une excellente détection car une arythmie atriale[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Unité de Rythmologie et Stimulation cardiaque, CHU de GRENOBLE.

Laisser un commentaire