Editorial

0

Ce n’est réellement que depuis une dizaine d’années que le monde de la cardiologie et celui de la somnologie se sont croisés. Le constat de l’immense interaction physiologique potentielle entre ces deux spécialités, d’une part, et l’importance des populations impactées, d’autre part, ont largement favorisé une recherche translationnelle croisée, expérimentale et clinique, qui a permis de toiletter des concepts anciens et surtout de mieux préciser la prévalence et l’impact cardiovasculaire des troubles du sommeil en général, et du syndrome d’apnées obstructives (SAOS) en particulier.Qu’avons-nous appris collectivement en 10 ans ? Incontestablement à identifier les profils de patients à risque d’être porteurs d’un SAOS. Des questionnaires variés à la simple ouverture de la bouche, voire à l’information du seul tour de col de chemise pour les hommes, plusieurs méthodes permettent d’évoquer simplement le diagnostic et d’inciter au dépist[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Unité Médecine Interne-Hypertension, Pôle des Spécialités Médicales, Hôpital Avicenne, BOBIGNY.

Les commentaires sont fermés