Le traitement médical du SAOS

0

Les mesures générales et hygiéno-diététiques

Elles comportent :

>>> La promotion de l’activité physique, d’un régime diététique en cas de surpoids et d’une bonne hygiène de sommeil avec coucher et lever à heures régulières. Une perte de poids de 10 % est associée à une diminution de 26 % de l’index apnée-hypopnée [1] et sera suffisante pour guérir cette maladie chez certains patients.

>>> L’amélioration de la qualité et la quantité de sommeil, car le manque de sommeil est un facteur de risque d’obésité, de diabète et d’hypertension artérielle.

>>> L’obstruction nasale et la rhino-sinusite doivent être évaluées et traitées ; en effet, la respiration buccale persistante a un impact négatif sur la tolérance de la pression positive.

>>> Une position de sommeil en décubitus latéral, pour les patients ayant une majoration des apnées en décubitus à l’aide d’une ceinture positionnelle.

>>> La réduction de la consommation d’alcool et de la prise de benzodiazépines et de dépresseurs du système respiratoire.

>>> L’éducation thérapeutique est un volet fondamental de la prise en charge pour convaincre le patient d’accepter un traitement complexe et chronique.

Le traitement par pression positive continue (PPC)

C’est un traitement dont l’efficacité sur les symptômes de la maladie a été démontrée [2] et qui constitue le premier choix pour le SAHOS sévère. Le principe est de maintenir l’ouverture des voies aériennes supérieures par une surpression de quelques centimètres d’eau obtenue par l’insufflation continue par un masque nasal d’un débit d’air produit par une turbine (fig. 1).

La prescription d’un traitement par PPC nécessite de déterminer la pression efficace requise. Plus qu’un ajustement manuel effectué au cours d’une polysomnographie, ce niveau est habituellement obtenu par le rapport des machines de PPC autopilotées qui utilisent un algorithme permettant de délivrer la pression nécessaire à lever l’obstruction dont l’intensité varie avec la position et le stade du sommeil [3].

Les effets secondaires de la pression positive continue sont fréquents au début du traitement et doivent être prévenus[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Médecine du Sommeil, Hôpital Béclère, CLAMART.

Laisser un commentaire