CRP et risque coronaire

0

En dépit de la valeur prédictive des facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels, près de 50 % des patients développant une maladie cardiovasculaire n’ont pas ou n’ont qu’un seul facteur de risque traditionnel [1, 2]. Si, pris individuellement, ce type de patients a peu de chance d’être la cible de stratégie préventive, considéré comme un groupe, ces patients représentent une très large proportion d’événements cardiovasculaires.

Dans ce contexte, l’utilisation de biomarqueurs pour améliorer la valeur prédictive des scores classiques de risque revêt-elle une importance majeure et constitue pour de nombreuses équipes de recherche une quête du Graal. L’enjeu – ô combien louable – est de pouvoir appliquer des mesures préventives efficaces aux personnes réellement susceptibles de développer des événements athérothrombotiques.

Aussi, à côté des nombreux marqueurs actuellement évalués en recherche -clinique et reflétant différents aspects de la physiopathologie de l’athérothrombose (atteinte endothéliale, apoptose, thrombogénicité, protéolyse, stress oxydant, activation neuro-hormonale, nécrose tissulaire, etc.), de nombreuses voix ont plaidé pour l’utilisation en routine d’un marqueur simple et facilement disponible de la réponse inflammatoire : la CRP. Pour ses avocats, la CRP pourrait [1] être directement impliquée dans la pathogénie de la maladie athérothrombotique [2], améliorer la stratification du risque cardiovasculaire [3], identifier un sous-groupe de patients pour lesquels un traitement pas statines pourrait être particulièrement indiqué.

CRP : un acteur direct de l’athérothrombose ?

L’inflammation systémique et vasculaire est clairement impliquée dans l’athéro-thrombose. Dans la paroi vasculaire, la détection de cellules marquées pour la CRP paraît une des caractéristiques de la plaque vulnérable. Ce marquage, absent des segments vasculaires normaux, est retrouvé dans 96 % des cellules présentes au niveau des zones d’épaulement (shoulder) des plaques vulnérables et dans 75 % des cellules constitutives des plaques fibreuses[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Pôle d’Activité Médico-Chirurgicale Cardiovasculaire, Nouvel Hôpital Civil, Strasbourg.

Laisser un commentaire