Polyarthrite rhumatoïde : quoi de neuf ?

0

Sur le plan de l’épidémiologieLes nouveaux critères (ACR/EULAR 2010) ne changeront que peu l’épidémiologie. En effet, les cas notifiés à la NOAR (Angleterre) en 1990-1995 ont été classés selon les deux sets de critères, ACR 1987 et ACR/EULAR 2010 [1]. La prévalence dans la cohorte est similaire en utilisant les deux sets de critères. Pour ce qui concerne les facteurs de risque de développer une PR, peu de travaux ont été publiés en 2013. Le rôle protecteur de la vitamine D et celui des UVB, actuellement discutés, restent sans argument convaincant [2]. De même, les polluants ambiants [3], d’après une étude portant sur 11 425 infirmières, ne semblent pas être des facteurs de risque à retenir.Les facteurs génétiquesLa contribution des facteurs génétiques dans le risque de développer une PR est de 30 à 60 %. Les méta-analyses le confirment : le rôle déjà connu du gène du complexe majeur d’histocompatibilité HLA-DRB1, surtout chez les antic[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Rhumatologie, CHU de la Cavale Blanche, BREST.

Laisser un commentaire