Dépistage de l’ischémie myocardique silencieuse chez le diabétique

0

L’incidence croissante du diabète (notamment de type 2), associée ou non à d’autres facteurs de risque cardiovasculaires, est un véritable problème de santé publique. En effet, il est actuellement reconnu que le diabète est un facteur de morbi-mortalité vasculaire majeur puisque le risque de décès d’origine coronaire est équivalent dans cette po-pulation à celui des patients ayant déjà présenté un syndrome coronaire aigu. Or, la maladie coronaire serait responsable de plus de 65 % des décès dans cette population.

De plus, la coronaropathie du diabétique, complexe et d’évolution insidieuse, tend à se présenter sous une forme silencieuse, (IMS) retardant alors le diagnostic et le traitement spécifique, aggravant ainsi le pronostic des patients.

La question du dépistage systématique de l’IMS est néanmoins remise en cause par l’intérêt des tests non invasifs couplés ou non à une imagerie, d’autant que les bénéfices de la revascularisation, notamment par angioplastie, ne sont pas évidents chez ces patients.

L’ischémie myocardique silencieuse chez le diabétique

Il est reconnu que le patient diabétique présente au moins 2 fois plus d’IMS de type 1 (patients asymptomatiques sans antécédents d’infarctus) que le non diabétique [1]. Son incidence est supérieure dans le diabète de type 2 et -concerne environ 25 % des patients [1, 2]. Elle serait liée à une dysfonction endothéliale, à une augmentation des bêta-endorphines (diminuant la symptomatologie angineuse) et à une dysfonction du système nerveux autonome. Il existe par ailleurs une relation entre l’existence d’une IMS et le risque cardiovasculaire notamment coronaire. Ainsi, après 60 ans, le risque relatif de survenue ultérieure d’un événement cardiaque majeur est 3 fois plus élevé chez le diabétique ayant une IMS que chez le diabétique sans IMS ! [3]

L’existence d’une IMS augmente le risque de sténose coronaire d’un facteur 7. Cependant, il faut rappeler qu’une sténose coronaire épicardique > 70 % n’est[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie Médicale, Épreuve d’Effort et Réadaptation des Cardiaques, CHU de Bordeaux, Hôpital Haut-Lévêque, PESSAC.