Syndrome d’apnées obstructives du sommeil de l’enfant : quand l’amygdalectomie ne règle pas tout

0

L’amélioration post-AAT des symptômes de SAOS est quasi constante, mais il peut persister dans une proportion non négligeable de cas (20 à 50 %) un SAOS. Ce SAOS résiduel est souvent moins sévère [2, 3], mais peut perdurer jusqu’au-delà de l’âge de 12 ans l’AAT [4]. Devant une telle fréquence de guérison partielle, plusieurs questions se posent :– devant une hypertrophie adéno-amygdalienne responsable d’un SAOS, faut-il systématiquement rechercher une autre cause de SAOS ?– quelles sont les causes possibles d’échec de la chirurgie chez les enfants sans facteurs de risque ? Ont-elles des traitements spécifiques ?– quelle surveillance mettre en place après AAT pour dépister une éventuelle guérison incomplète ?Généralités cliniques et diagnostiques sur le SAOSLe SAOS survient du fait de l’obstruction partielle (hypopnées) ou totale (apnées) des voies aériennes supérieures durant le sommeil. Les conséquences de ces événements re[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire