Anévrysmes de l’aorte abdominale sous-rénale : options thérapeutiques

0

La conduite à tenir vis-à-vis d’un anévrysme de l’aorte abdominale (AAA) est maintenant relativement bien codifiée grâce aux nombreuses études comparatives effectuées ces 15 dernières années.Très schématiquement, chez un patient donné, il faut tenir compte :>>> Du risque de rupture qui est fonction des trois facteurs indépendants suivants : le plus grand diamètre, la poursuite de l’intoxication tabagique et une insuffisance respiratoire. Interviennent également dans la décision, car associés à un plus grand risque de rupture, la notion d’antécédents d’anévrysme, voire de rupture dans la famille ; le sexe féminin ; l’aspect sacciforme plutôt que fusiforme ; et une croissance rapide (> 0,5 cm par an). La figure 1 montre le pourcentage de survenues de rupture en fonction du temps rapporté au diamètre initial. Les figures 2 et 3 illustrent les aspects respectivement fusiforme et sacciforme d’AAA en examen tomodensitomét[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Pôle Médico-Chirurgical Cardiaque et Vasculaire, Département d’Imagerie Médicale Hôpital Henri Mondor, CRETEIL.

Laisser un commentaire