Traitement du lupus érythémateux systémique en 2012 en-dehors du syndrome des antiphospholipides

0

Si le traitement corticoïde associé aux antipaludéens de synthèse (APS) constitue encore aujourd’hui la pierre angulaire du traitement du lupus érythémateux systémique (LES), la prise de conscience des effets indésirables des traitements, l’éducation thérapeutique, la meilleure prévention des complications infectieuses et des complications cardiovasculaires et la meilleure gestion des immunosuppresseurs a complètement bouleversé la manière de prendre en charge les patients atteints de LES ces 20 dernières années. L’avènement des biothérapies pourrait demain considérablement modifier nos stratégies thérapeutiques.

Le Protocole National de Diagnostic et de Soins constitue en attendant le document de référence [1].

Bilan initial et recommandations

Lorsque le diagnostic de LES vient d’être posé, il convient de faire l’inventaire des différentes atteintes viscérales et hématologiques possibles. Les différents domaines décrits dans le BILAG peuvent y aider [2]. L’inventaire des séquelles ou dommages induits par le LES peut parfois guider certaines prises en charge comme par exemple la confection d’orthèses en cas de rhumatisme de Jaccoud. Dans tous les cas, des mesures générales doivent être prises :

>>> Correction des facteurs de risque cardiovasculaires : lutter contre le surpoids, contrôler la glycémie, le bilan lipidique, la pression artérielle.

>>> Photoprotection : l’exposition aux rayons du soleil peut favoriser les poussées cutanées, voire viscérales. Il faut donc encourager en période estivale l’application de crème solaire écran extrême. Pour être bien efficace, ces crèmes doivent être appliquées toutes les 2 heures, voire toutes les 3 à 4 heures pour les formes les plus récentes de longue durée.

>>> Eviter l’utilisation de médicaments photosensibilisants comme les AINS en topique ou certains médicaments par voie générale comme les quinolones, les cyclines et les AINS.

>>> Arrêt du[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre de Référence des Maladies Auto-Immunes et Systémiques Rares, Service de Médecine Interne, Hôpital Claude Huriez, CHU, LILLE.

Laisser un commentaire