Recommandations de bonne pratique en prévention et traitement de la maladie thrombo-embolique veineuse en médecine

0
Table des matières
  1. 1. Hospitalisation si :

Prévention

1. Dans les affections médicales aiguës

Une prévention thromboembolique est recommandée chez les patients âgés de plus de 40 ans, hospitalisés pour une durée évaluée à plus de 3 jours pour poussée d’insuffisance cardiaque ou association d’insuffisance respiratoire ou d’infection ou d’inflammation rhumatologique ou intestinale aiguës avec un des facteurs de risque suivants : âge supérieur à 75 ans, cancer, antécédent thromboembolique veineux, traitement hormonal, insuffisance cardiaque ou respiratoire chronique, syndrome myéloprolifératif.

La durée de la prophylaxie est de 7 à 14 jours. On y associera une contention élastique de 20 à 30 mmHg pour une même durée, surtout si il existe des contre-indications aux anticoagulants.

Une durée de prescription plus longue sera envisagé si le risque persiste est en cours d’évaluation.

Les AMM sont actuellement accordées à  l’énoxaparaine, la daltéparine et le fondaparinux.

Commentaire : Donc, rien si moins hospitalisation de moins de 3 jours ;  mais, si on commence, c’est au moins une semaine même si le patient est reparti.

2. Dans les AVC ischémiques

Dose prophylactique (et aspirine) :  14 jours  et pas de justification au-delà.

Même réflexion que ci-dessus pour la contention.

Commentaire : Si le patient reste hémiplégique et  grabataire, il semble difficile d’arrêter les HBPM…

3.  Au décours d’une hémorragie intracrânienne

Compression pneumatique intermittente ou à défaut compression veineuse, HBPM à discuter quand l’hémorragie est stabilisée.

Traitement des thromboses veineuse profondes proximales

En cas de forte probabilité clinique, le traitement peu être débuté en attendant l’examen de confirmation.

1. HNF

Prescrite en sous-cutanée ou en intraveineuse à des doses adaptées au départ au poids puis au TCA ou à l’anti-Xa : en sous-cutané 333 UI/kg initialement puis 250 UI/kg/12 h (notamment si pas de labo ou pas de prélèvement disponible, ce protocole peut  être très adapté aux patients « impiquables » et non éligibles aux HBPM pour clearance créatinine < 30 mL/mn par ex.).

La surveillance des plaquettes reste recommandée, malgré un intérêt non démontré. Classiquement, la surveillance initiale est de 2 fois par semaine. En pratique, on recommande une surveillance systématique du nombre de plaquettes 2 fois par semaine pendant 21 jours à 1 mois (pas plus, même si le traitement est supérieur à 1 mois)[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Centre Hospitalier, PROVINS.

Laisser un commentaire