Fermeture de communication interauriculaire

0

Anatomie et sélection des patients

Les défauts ostium secundum représentent la grande majorité des CIA (80%) et sont les seuls à être accessibles à une fermeture percutanée. L’évaluation échocardiographique est le temps principal pour la sélection. L’ETT évalue le retentissement cardiaque droit (dilatation ventriculaire) du shunt gauche-droit et la pression pulmonaire. L’analyse morphologique est faite par l’ETO. Les difficultés d’interprétation parfois rencontrées en ETO-2D sont souvent résolues par l’ETO-3D qui permet une vision quasi anatomique du défaut septal (fig.1). Les berges doivent être évaluées précisément pour assurer une stabilité de la prothèse (fig.2).

Techniques de fermeture

Elle est réalisée sous guidage échographique. L’ETO apporte le plus d’informations aux opérateurs. L’anesthésie générale nécessaire pourra être remplacée par une sédation si les prochaines sondes de taille plus petite introduites par voie nasale se révèlent performantes. Certaines équipes utilisent l’ETT (surtout chez les jeunes enfants) ou l’échographie intracardiaque qui a du mal à s’imposer en raison du surcoût.

La procédure est réalisée par voie veineuse fémorale. Le calibrage est un temps important de l’évaluation pour apprécier la qualité des berges, vérifier l’absence de défaut supplémentaire et choisir le diamètre de la prothèse.

Il peut être difficile d’implanter par voie auriculaire gauche classique une prothèse de grande taille. Le contrôle échographique est indispensable avant le largage pour s’assurer de la bonne position de la prothèse. Les différents types de prothèses disponibles [29, 30] sont représentés sur la figure 3. Il n’existe pas d’études comparatives entre ces prothèses.

Indications de fermeture

Les tableaux I et II résument les indications de fermeture d’une CIA selon les recommandations européennes [31] et nord-américaines [32].

Il faut noter que l’âge n’intervient pas dans la décision. En cas d’hypertension pulmonaire sévère (pression moyenne > 45 mmHg) une évaluation précise des résistances artériolaires pulmonaires devra être réalisée.

Au terme d’une évaluation échographique soigneuse, certaines formes anatomiques non favorables (environ[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie, Hôpital Bichat, PARIS.

Laisser un commentaire