Quelles indications chirurgicales pour les dilatations aortiques aux différents niveaux ?

0

Les dimensions physiologiques sont au niveau de :

– l’anneau : 2,8 à 3,2 cm (2,1 cm par mètre carré),

– la jonction sino-tubulaire : 2,4 à 3 cm (1,9 cm par mètre carré ou 0,9 fois le diamètre annulaire),

– l’aorte ascendante : 2,6 à 3,4 cm,

– l’aorte horizontale : 2,4 à 3,1 cm,

– l’aorte descendante : 2,8 cm chez l’homme et 2,6 cm chez la femme,

– l’axe cœliaque 2,3 cm chez l’homme et 2 cm chez la femme.

Les facteurs prédictifs de mortalité sont les symptômes liés à une compression par la masse anévrysmale, le diamètre, l’évolutivité, la présence d’une connectivite ou d’une pathologie valvulaire aortique associée [5-7]. Le seul traitement préventif est la chirurgie sous circulation extracorporelle au niveau de l’aorte thoracique ascendante ou horizontale. Récemment, les endoprothèses couvertes ont permis de prendre en charge certaines lésions anévrysmales de l’aorte thoracique descendante.

Les Sociétés savantes [8-11] ont proposé une chirurgie préventive tenant compte du rapport bénéfice/risque entre le risque chirurgical calculé pour chaque patient en fonction de sa morbidité, au moyen d’abaques (Euroscore www.sfar.org/scores/euroscore.html, ou score de Parsonnet http://www.sfar.org/scores2/parsonnet2.html), et le risque lié à l’histoire naturelle de la maladie.

Une évolution des recommandations

Les dimensions de 6 cm pour l’aorte thoracique descendante et de 5,5 cm pour l’aorte thoracique ascendante ou horizontale ont longtemps été des références reconnues par tous. Mais la survenue de décès malgré le respect de ces recommandations, l’amélioration des résultats de la chirurgie aortique avec, à court terme, les progrès des techniques chirurgicales, de la réanimation et de l’anesthésie et, à long terme, le développement des techniques conservatrices de la valve aortique, ont fait évoluer de façon significative les recommandations. La prise en compte de l’unité anatomique et fonctionnelle constituée par la racine aortique a été un autre élément important dans l’évolution de ces références.

1. Les indications chirurgicales classiques et non discutées

Elles sont représentées aujourd’hui par :

  • Diamètre anévrysmal supérieur[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Fondation Institution Saint-Joseph, PARIS. CMC Parly II, LE CHESNAY.

Laisser un commentaire