Epidémiologie des syncopes

0

Définition de la syncope

Le terme syncope est apparu vers l’an 1 400 et provient du grec “synkoptein”, dérivé du mot “syn” signifiant “avec” et du verbe “koptein” signifiant “couper” ou plus précisément dans ce cas “interrompre”. On retrouve aussi en latin le terme “syncopa” qui signifie “défaillance, évanouissement”.

La syncope est un symptôme défini comme une perte de connaissance à début rapide, de durée généralement brève et spontanément résolutive. Elle s’accompagne d’une perte du tonus postural avec un retour rapide à un état de conscience normal. La notion de brièveté de la syncope est importante, de quelques secondes à quelques minutes au plus.

L’unique mécanisme physiopathologique est une baisse transitoire du débit sanguin cérébral global. Dans certains cas, les syncopes peuvent être annoncées par des prodromes tels que nausées, sueurs, voile noir, vertiges, pâleur, chaleur… De façon inhabituelle, une amnésie rétrograde peut être constatée, notamment chez les personnes âgées.

La complexité de l’enquête étiologique tient au fait qu’elles peuvent relever de causes bénignes, mais également de causes graves pour lesquelles un diagnostic doit être établi au plus vite, car la récidive peut se faire sous la forme d’une mort subite [1]. Les progrès réalisés au cours des 20 dernières années et les publications des recommandations des différentes Sociétés savantes ont permis de simplifier l’enquête étiologique des syncopes [2-4].

Cette définition, qui a fait l’objet d’une clarification dans les recommandations 2009 de la Société Européenne de Cardiologie[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Service de Cardiologie A Hôpital de Cardiologique, CHU, Lille.

Laisser un commentaire