Quantification et traitement du syndrome congestif

0

La congestion est la principale cause d’hospitalisation chez les patients insuffisants cardiaques [1]. Cette composante cardinale de l’insuffisance cardiaque est en effet la cause principale de la dyspnée, symptôme associé de façon majeure à la qualité de vie des patients et à leur admission à l’hôpital. On parlait encore, il y a quelques années, d’insuffisance cardiaque congestive, probablement à raison.

L’évaluation de la congestion s’est souvent cantonnée à un examen clinique succinct jusqu’il y a peu. L’appréciation des œdèmes, au mieux semi-quantitative, et une auscultation pulmonaire des bases faisaient office d’évaluation de la congestion. Cependant, au cours des 10 dernières années, suite à la prise de conscience de l’importance majeure de la congestion dans le pronostic et la morbidité de l’insuffisance cardiaque, l’évaluation de la congestion s’est notablement raffinée : la littérature va aujourd’hui dans le sens d’une évaluation multimodalité/intégrative de la congestion, mêlant examen clinique, résultats biologiques et évaluation échographique. Si les preuves de l’utilité de cette stratégie sont convaincantes pour le diagnostic d’insuffisance cardiaque aiguë, des études randomisées doivent être conduites pour affirmer l’intérêt d’un traitement guidé par cette évaluation plus raffinée de la congestion.

Évaluation clinique de la congestion

Nous avons récemment revu de façon extensive les outils d’évaluation de la congestion dans le JACC Heart Failure [2]. Nous présenterons ici de façon synthétique les différents outils et leur possible intégration.

Le score EVEREST (tableau I) est probablement le score clinique d’évaluation de la congestion le plus evidence-based [3] : dans les suites d’une hospitalisation pour insuffisance cardiaque[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Centre d’Investigation clinique plurithématique, Inserm DCAC (1433), Département de Cardiologie, Institut lorrain du cœur et des vaisseaux, CHRU de NANCY.