Angor spastique : épidémiologie, physiopathologie, diagnostic et traitement

0

L’angor spastique a été décrit initialement par Prinzmetal comme une forme d’angor survenant exclusivement au repos, en 2e partie de nuit et associé à des modifications transitoires de la repolarisation à type de sus-décalage du segment ST à l’électrocardiogramme, avec parfois la survenue concomitante de troubles du rythme ventriculaire ou de troubles de la conduction auriculoventriculaire [1]. La cause de l’angor de Prinzmetal a été identifiée plus tard comme étant un vasospasme des artères coronaires grâce à l’angiographie coronaire.

Le phénomène de spasme coronaire peut survenir chez des patients ayant ou non une athérosclérose coronaire. Il peut être focal ou diffus sur une ou plusieurs artères épicardiques [2]. Bien que le spasme coronaire puisse se compliquer de mort subite, de syndrome coronaire aigu, d’arythmie ventriculaire ou de syncope [3], sa fréquence exacte reste mal connue en raison de la grande variabilité de recours aux tests de provocation dans l’arsenal diagnostique.

Récemment, la Société Européenne de Cardiologie a recommandé le recours aux tests de provocation du spasme coronaire chez les patients ayant présenté un syndrome coronaire[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos des auteurs

Service de Cardiologie, Hôpital Cochin, PARIS.

Service de Cardiologie, Hôpital Cochin, PARIS.

Service de Cardiologie, Hôpital Cochin, PARIS.

Service de Cardiologie, Hôpital Cochin, PARIS.

Service de Cardiologie, Hôpital Cochin, PARIS.

Laisser un commentaire