ESC 2019 : de quelques surprises…

0

“Je n’espère rien, se disait-il, de sorte que si elle me réserve une surprise, ce sera un bénéfice net et, dans le cas contraire, je n’aurai rien perdu.”
~ Washington square, Henry James

Plusieurs des résultats de travaux scientifiques présentés lors des sessions scientifiques de la Société européenne de cardiologie, tenues à Paris du samedi 31 août au mercredi 4 septembre 2019, ont été une surprise pour de nombreux observateurs.

Parmi les caractéristiques de ces surprises il y a le fait que :
– certains résultats n’ont pas encore d’explication rationnelle car ils sont issus d’un “effet sérendipité”, ce qui est le cas pour l’effet bénéfique de la dapagliflozine dans l’insuffisance cardiaque, démontré par l’étude DAPA-HF ;
– ils ont constitué un résultat inattendu, ce qui fut le cas pour l’étude ISAR-REACT 5 où le résultat est apparu inverse de celui qui servait d’hypothèse à l’étude, mais aussi pour partie pour une étude ayant préalablement suscité beaucoup d’espoir, l’étude PARAGON-HF dans laquelle le traitement évalué n’a pas permis d’améliorer le pronostic de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée, et aussi pour une étude pour laquelle un des éléments apportés n’était pas envisagé, ce qui fut le cas de l’attitude interventionniste différée dans l’étude COMPLETE pour laquelle les données préalables indiquaient une absence de bénéfice clinique ;
– le résultat sera complexe à intégrer à la pratique, ce qui est le cas pour l’étude ENTRUST-AF PCI, résultat qui ne peut être dissocié de l’analyse de ceux du groupe d’études évaluant une question similaire, les études PIONEER-AF PCI, RE-DUAL PCI et AUGUSTUS, la question étant celle de la meilleure stratégie antithrombotique chez des patients ayant une fibrillation atriale et ayant une angioplastie coronaire.

Sérendipité : l’étude DAPA-HF

Dans le traitement de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection ventriculaire gauche altérée, il a fallu des années pour passer d’un modèle hémodynamique reposant sur les digitalo-diurétiques à un modèle mieux adapté, le modèle neuro-humoral, reposant sur les bloqueurs du système rénine-angiotensine aldostérone,[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Clinique Villette, Dunkerque.

Laisser un commentaire