Vers de nouvelles recommandations de la Société Française de Cardiologie sur les tests d’effort

0

Le GERS (Groupe Exercice Réadaptation Sport de la Société Française de Cardiologie) a jugé nécessaire d’effectuer une mise à jour des recommandations concernant la pratique des tests d’effort en cardiologie (les précédentes dataient de 1997 [1]). Ce document présente deux parties : la première concerne les modalités de réalisation (les conditions de sécurité, le local, le matériel et le personnel) et d’interprétation de l’examen et la seconde les indications diagnostiques et pronostiques dans l’insuffisance coronarienne, mais aussi dans les autres cardiopathies.

Modalités

Elles fixent le cadre pour diminuer au maximum le risque de survenue d’une complication grave lors d’une épreuve d’effort (EE). Même si ce risque est exceptionnel, il n’est pas nul. La réalisation d’une EE, quelle que soit son indication, impose donc toujours des conditions techniques et de sécurité optimales.

>>> Si la structure d’accueil ne dispose pas d’une unité de soins intensifs de cardiologie (USIC), il faudra créer une salle d’urgence spécifique. Elle devra être équipée du matériel nécessaire à une réanimation cardiaque (scope, défibrillateur, chariot d’urgence, matériel d’intubation et de ventilation) dans l’attente d’un transfert éventuel du patient. Il faudra aussi établir une convention avec un autre établissement de santé possédant une USIC.

>>> La salle d’examen doit être suffisamment grande pour permettre une circulation aisée autour du patient. Elle doit disposer d’un téléphone, d’une source d’oxygène, d’un système d’aspiration des mucosités prêt à l’emploi et d’un chariot d’urgence avec défibrillateur.

>>> Le matériel d’épreuve d’effort (tapis roulant, bicyclette ergométrique) doit être régulièrement étalonné. Le matériel médical de surveillance des EE doit être conforme aux normes en vigueur et comporter un appareillage d’électrocardiographie (ECG) d’effort permettant d’enregistrer 12 dérivations, dont au moins 3 de manière simultanée. Ce système doit permettre un monitorage visuel permanent de l’ECG pendant l’effort et la récupération. Les tracés ECG enregistrés doivent être de bonne qualité, stables et sans artéfact. On devra disposer d’un matériel adapté pour une mesure régulière de la pression artérielle. La présence d’un appareil d’analyse des échanges[...]

Connectez-vous pour consulter l'article dans son intégralité.

Pas encore abonné(e)
INSCRIVEZ-VOUS

Inscrivez-vous gratuitement et profitez de tous les sites du groupe Performances Médicales

S'inscrire
Partagez.

À propos de l’auteur

Laisser un commentaire